Les communiqués  
 

 

   

Retrait du CPE sinon rien !

 

Les manifestations de mardi ont prouvé encore une fois que nos concitoyens savaient se mobiliser fortement lorsque la cause est juste. Hier, dans plus de 150 villes de France, près de trois millions de personnes se sont unies, pour ensemble, d’une seule voix, dénoncer l’injustice de ce Contrat Première Embauche imposé par le gouvernement, qui légalise la précarité pour les jeunes avant un jour, sans aucun doute, de la légaliser pour tous nos concitoyens dans un même type de contrat. Organisations syndicales, mouvements lycéens, étudiants, salariés du public et du privé, retraités, partis politiques... tous ensemble ont exigé le retrait du CPE et ne pas laisser le Gouvernement de Dominique de Villepin casser le droit du travail, solder le contrat à durée déterminée et officialiser le licenciement sans motif. Devant cela, le Premier Ministre a choisi une stratégie : la sourde oreille et le passage en force, sans prendre en compte ce mouvement citoyen et cette formidable mobilisation. Pour les jeunes, pour leur avenir, pour notre pays, les socialistes s’engagent : si demain nos concitoyens nous permettent de revenir au pouvoir, nous abrogerons le CPE et nous apporterons d’autres réponses fondées sur deux principes simples :

-  faire du CDI le contrat de base du droit du travail,
-  n’accorder d’aides aux entreprises que sur des engagements clairs de leur part.

En attendant, la mobilisation doit se poursuivre et, puisque le Premier Ministre refuse d’écouter la protestation sociale, celle-ci doit se poursuivre et s’amplifier : la nouvelle journée nationale d’action fixée dans quelques jours doit en être le nouveau point d’orgue.

   
   
         
© 2005 Jean Glavany
Site réalisé avec SPIP