Les communiqués  
 

 

   
communiqué du 09 août 2010 : le bureau de police d’Aureilhan menacé

Sécurité : le grand écart entre le discours musclé de Sarkozy et la réalité sur le terrain.

 
Une fois de plus, une fois encore, la Droite et son chef reprennent le chemin du tout-sécuritaire avec un seul but : faire diversion. Toujours faire diversion. L’opinion est préoccupée par la situation économique et sociale, le chômage qui continue de grimper dangereusement, la précarité qui s’accroit, la casse des services publics et les menaces sur les retraites... alors, pour faire diversion, on entonne le refrain de la priorité à la sécurité. L’opinion est écœurée par les connivences entre le pouvoir et certaines grandes fortunes, les conflits d’intérêts et les petits arrangements entre amis... alors, pour faire diversion, on entonne le refrain de la priorité à la sécurité. Seulement voilà. Sarkozy parle de reprendre la nationalité française aux « délinquants d’origine étrangère ». Sauf que, d’une part, notre constitution protège la nationalité et fait que tous les français sont français à plein titre quelle que soit leur origine et, d’autre part, c’est quoi un français d’origine étrangère ? Compte tenu de l’histoire de France et de son immigration, nous sommes tous plus ou moins d’origine étrangère. Sarkozy lui-même, et son épouse encore plus. Tout cela n’a pas de sens. Toujours plus martial, il parle d’éliminer les camps illégaux des gens du voyage. Pourquoi ne l’a-t-il pas fait avant !! Pourquoi ne sanctionne-t-il pas les municipalités qui ne construisent pas les aires d’accueil des gens du voyage prévues par la loi Besson ? Et pourquoi les maires qui ont fait leur devoir en la matière ont-ils tant de mal à obtenir le concours de la force publique pour déloger les occupants illégaux ? La réalité c’est que tous ces beaux discours marquent l’échec de la politique menée depuis 2002 par un ancien Ministre de l’Intérieur devenu Président de la République. Dernier exemple : ici, dans les Hautes-Pyrénées, en plein été, on apprend que le bureau de police d’Aureilhan sera supprimé à la rentrée, au 1er octobre ! Rien que ça : il existait depuis 1976 et je m’étais battu en 2001 avec la municipalité et en tant que membre du gouvernement pour le moderniser. La raison de la fermeture : la baisse de 16% du budget de la police urbaine des Hautes-Pyrénées et la suppression de 5 postes équivalents temps pleins. C’est tout simple : on tient de beaux discours sur la sécurité et on supprime des postes de policiers ! Et l’emblème de la police nationale disparaitra des murs d’Aureilhan.

Il faut soutenir la pétition lancée par les maires d’Aureilhan, Séméac et Soues pour le maintien du service public de proximité de la police nationale !

   
   
         
© 2005 Jean Glavany
Site réalisé avec SPIP