Les communiqués  
 

 

   

L’égalité des droits et des chances

 

Le projet de loi « pour l’égalité des droits et des chances, de la participation et de la citoyenneté des personnes handicapées » annoncé comme le 3ème chantier du président de la République revient devant le Sénat le 19 octobre. Alors que les personnes handicapées et les associations attendaient une véritable réforme, ce projet de loi, malgré quelques avancées, relève du simple affichage. Le montant alloué ne pourra en aucun cas permettre à la personne handicapée de construire un projet de vie. L’obligation de scolarisation reste une simple inscription administrative. La maison du Handicap sera gérée par un Groupement d’Intérêt Public avec tous les risques d’altération du service public que comporte une telle solution. Même si le gouvernement prévoit l’équité de traitement pour l’attribution de la prestation de compensation entre les départements, la faiblesse de ce financement ne correspond pas à une véritable politique permettant aux personnes handicapées, de vivre leur citoyenneté. La lutte contre la discrimination, en particulier dans le domaine de l’emploi, participe de l’effet d’affichage. Rien ne figure quant au seuil du handicap, pour ce qui concerne l’obligation d’emploi : le risque de rejet des grands handicapés perdure donc. Les personnes handicapées en CAT ne relèvent toujours pas du droit du travail, alors que l’expansion de places est prévue par le gouvernement. La personne handicapée est maintenue dans un rôle passif. Elle n’est jamais perçue dans sa condition, d’acteur dans la société et sa vie quotidienne. C’est pourquoi, avec les parlementaires socialistes nous déposons des amendements pour :

1 - que la compensation soit universelle, quel que soit le revenu et soit attribuée pour un véritable projet de vie, avec un financement simplifié exclusif dans le cadre -pourquoi pas ? - d’une cinquième branche de la sécurité sociale.

2 - rendre effective l’obligation de scolarisation en milieu ordinaire, une véritable politique de l’emploi en milieu ordinaire, et préconiser un délai de 5 ans pour rendre tous les transports accessibles et une véritable politique d’aménagement du bâti avec délai et contraintes.

3 - propose également l’objectif de parité de l’AAH avec le SMIC, refusé par la droite ; un code du Handicap ;la création d’un observatoire de l’égalité des personnes handicapées pour combattre la discrimination subie, coopérant avec la haute autorité de la discrimination.

   
   
         
© 2005 Jean Glavany
Site réalisé avec SPIP